Les travailleurs de la santé sont poussés à se faire vacciner... ou écouvillonner

Destinées au grand-public qui n'est pas encore inscrit.
Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Site Admin
Messages : 258
Enregistré le : 18 janv. 2021, 11:01
Localisation : Lévis, QC

Nous sommes rendus à une forme d'oppression sanitaire qui va dans le sens de la propagande vaccinale d'État plutôt que la santé immunitaire naturelle, à large spectre.

C'est-là une autre genuflexion de l'État devant le proverbial autel de "big pharma" qui obsède sur la vaccination-COVID.

D'ailleurs, aucun des travailleurs de la santé n'a plus 70 ans et pourtant, l'État caquiste-décrétiste-mondialiste de François Legault tourne le dos à toute science respectueuse de la santé humaine pour ne retenir que la science alignée sur les intérêts et les fonds de "big pharma" pour donner l'impression que la vaccination est la seule option.

Ce qui est totalement faux, évidemment.

Mais la propagande d'État, au Québec, ne parle que des vaccins.

--

Voici trois saisies d'écran montrant le genre de pression que subissent les employés du réseau de la santé, au Québec. Dans ce cas-ci, il s'agit du CIUSSS de l'Est-de-l'Île-de-Montréal.

Le chantage va comme suit. L'employé non-vacciné-COVID doit se faire dépister au moins 3 fois par semaine, via un douloureux écouvillon jusqu'au fond du nez. Aucune surprise que les employés conscients ne veulent ni l'un, ni l'autre.

L'État caquiste s'en doute, bien entendu alors le jeu consiste à faire autant de chantage que nécessaire pour pousser les employés à bout afin qu'ils craquent et acceptent l'injection vaccinale "expérimentale", approuvée "en urgence" par Santé Canada.

--

Ce genre de chantage sanitaire est odieux.

Les travailleurs de la santé se font menacer de ne plus pouvoir travailler s'ils devaient refuser à la fois le vaccin-COVID et les écouvillons de tests qui sont pourtant ouvertement dénoncés pour leur inefficacité à détecter le COVID-19.

--

Ce traitement professionnel SAUVAGE contre les employés du réseau de la santé, au Québec, pourrait s'étendre à d'autres secteurs de la société. Notamment via des employeurs zélés et convaincus qu'il faut tomber victime de la propagande d'État pour "sauver des vies".

La science met en garde contre ces vaccins mais la CAQ refuse d'entendre quoique ce soit de vrai, préférant demeurer au service de "big pharma" et ses injections "expérimentales" approuvées "en urgence" transformant toute personne vaccinée-COVID en cobaye.

Ce qui se passe doit interpeler 100% de la population québécoise qui doit REFUSER ce narratif d'État tendancieux (pour rester poli).

--

Ce qui se passe aujourd'hui CONTRE le personnel de la santé pourrait arriver ailleurs, en société.

Personnes âgées, enfants, travailleurs.

Combien de temps avant que les activités les plus banales, comme faire l'épicerie, ne deviennent impossibles sans une preuve vaccinale ou la divulgation volontaire des détails dans un carnet de dépistage?



-- -- --
Fichiers joints
1-pourquoi-se-faire-vacciner.png
1-pourquoi-se-faire-vacciner.png (266.21 Kio) Vu 805 fois
2-carnet-de-depistage-covid.png
2-carnet-de-depistage-covid.png (215.52 Kio) Vu 805 fois
3-prise-de-rendez-vous-depistage-obligatoire.png
3-prise-de-rendez-vous-depistage-obligatoire.png (221.34 Kio) Vu 805 fois
Claude Gélinas . Administrateur . Éditeur
libertes.ca | chaudiere.ca .:. Dons: PayPal | DonorBox
Avatar du membre
cgelinas
Site Admin
Messages : 258
Enregistré le : 18 janv. 2021, 11:01
Localisation : Lévis, QC

Le personnel de la santé, au Québec, se trouve visé par un chantage de l'État grâce à l'Arrêté 2021-024:

https://cdn-contenu.quebec.ca/cdn-conte ... 1618075211

Il s'agit de forcer la main au personnel de la santé pour les pousser à l'injection pour éviter 3 douloureux écouvillonnages PAR SEMAINE --et-- éviter de ne plus pouvoir entrer travailler, sans compensation.

Pour ceux qui ont besoin de leur salaire pour vivre, c'est-là une forme de condamnation à la mort économique.

Ou pire, dans certains cas plus critiques.

Le personnel de la santé du Québec qui refuse la propagande vaccinale de l'État se voit donc poussé vers la porte de sortie, s'il refuse l'approche SAUVAGE des écouvillonnages à répétition.

--

Dans mon forum, je vous parle davantage de ce qui a cours, en ce moment-même, dans le domaine de la santé:

viewtopic.php?f=3&t=214

Vous aurez compris que la CAQ pourrait publier un autre "arrêté" à n'importe quel moment qui élargirait cette logique technicratico-sanitaire à d'autres secteurs du monde du travail ou de la société civile, à n'importe quel moment.

--

De nombreux travailleurs de la santé qui ne veulent pas d'une formule dite "vaccinale" expérimentale, approuvée en urgence, par Santé Canada, se sentent coincés.

Ça pourrait même pousser des employés vers des burn-out, des retraites hâtives ou des départs du réseau, rendant les problèmes déjà réels de personnel encore plus criants.

La CAQ se comporte en pompier-pyromane.




Source: Ma publication, dans Facebook

La photo de François Legault provient de son point de presse intitulé "Le premier ministre du Québec François Legault s’adresse aux journalistes – 22 avril 2021".




-- -- --
Fichiers joints
infirmiere-epuisee.jpg
infirmiere-epuisee.jpg (45.89 Kio) Vu 786 fois
francois-legault-en-point-de-presse.JPG
francois-legault-en-point-de-presse.JPG (36.74 Kio) Vu 786 fois
les-tests-de-depistage-obligatoires-contre-les-travailleurs-de-la-sante.JPG
les-tests-de-depistage-obligatoires-contre-les-travailleurs-de-la-sante.JPG (119 Kio) Vu 796 fois
Claude Gélinas . Administrateur . Éditeur
libertes.ca | chaudiere.ca .:. Dons: PayPal | DonorBox
Albert
Messages : 1
Enregistré le : 27 avr. 2021, 10:40

Faites des griefs syndicaux, des demandes d'injonction! Car, cette circulaire est un fausse représentation. L'inoculation proposée n'est pas une vaccination, ni légalement ni scientifiquement. De sorte qu'on ne peut vous imposer, en alternative, les tests nasopharyngés. Lorsqu'on aura proposé une vaccination réelle, alors on sera en droit d'exiger des récalcitrants les tests nasopharyngés. Il faut contester la lettre des circulaires des employeurs.
Répondre