Comment ça se passe lors d'une audition au Tribunal administratif du logement (TAL)?

Nous avons hâte de vous accueillir, en tant que membre.
Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Site Admin
Messages : 3910
Enregistré le : 18 janv. 2021, 11:01
Localisation : Lévis, QC

Tribunal administratif du logement (TAL)

Pour ceux qui habitent en logement, avez-vous de l'expérience avec une "audition" (en personne), à la Cour?

Comment ça se passe et est-ce qu'il y a un biais en faveur d'une partie ou de l'autre?

L'accès aux loyers, la hausse des prix des loyers, l'immigration-massive-record et l'inflation rendent la vie de plus en plus stressante pour les locataires.

Quelle est votre expérience, en regard du TAL?



Source: Ma publication, dans VK, Twitter et Facebook



-- -- --
Fichiers joints
tal-site-web-quebec.jpg
tal-site-web-quebec.jpg (86.44 Kio) Vu 2053 fois
Claude Gélinas . Administrateur . Éditeur
libertes.ca | chaudiere.ca .:. Dons: PayPal | DonorBox
Avatar du membre
cgelinas
Site Admin
Messages : 3910
Enregistré le : 18 janv. 2021, 11:01
Localisation : Lévis, QC

C'est un sujet naturellement impopulaire.

Ceux qui passent au TAL ne voudront peut-être pas en parler, non-plus.

J'ai 2 ensembles de rétroactions.

Celles des locataires qui expliquent que le juge agissait à la faveur du locateur.

Et...

Celles des locateurs qui disent exactement l'inverse, à savoir que le juge agissait à la faveur du locataire.

Très peu de partialité, donc, selon la personne à qui on demande et le rôle qu'elle joue, à savoir celui de locataire ou de locateur.

Mais...

J'entends les deux parties devoir faire face à des défis, chacun à leur mesure. Ceci dit, objectivement, la situation d'une majorité de locataires pourrait s'avérer bien plus précaire puisqu'à chaque passage devant la Cour, au TAL, ils risquent le toit sur leur tête ce qui n'est pas forcément le cas pour un locateur qui, au pire des pires, a l'option de vendre, souvent à profit, ce que le locataire ne peut pas faire.

D'ailleurs, le "choix de partir" du locataire signifie une sorte de mise à mort locative puisqu'il aura (vraisemblablement) de mauvaises références et devra se trouver un logement dans un marché extrêmement sauvage.

Alors non, ça ne va vraiment pas bien dans le domaine des logements.

Même si très peu de gens veulent en parler, voici ce que j'observe.



Source: Mon commentaire, dans VK et Facebook



-- -- --
Claude Gélinas . Administrateur . Éditeur
libertes.ca | chaudiere.ca .:. Dons: PayPal | DonorBox
Répondre