Traité sur les pandémies de l’Organisation mondiale de la santé

Visibles par le grand-public qui n'est pas encore inscrit. Les messages sont effacés automatiquement après 120 jours. Un peu l'équivalent d'un immense chat de groupe, visible par tous, incluant les visiteurs.
Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Site Admin
Messages : 3709
Enregistré le : 18 janv. 2021, 11:01
Localisation : Lévis, QC

23 mars 2024


L’OMS s’est réunie à nouveau aujourd’hui pour parler de son traité bien-aimé.

Ce morceau de papier scellera leur Nouvel Ordre Mondial.

La vidéo n’a été vue que 1,4 000 fois. J’ai regardé Tedros et ses amis deux fois. Vous savez, comme un vrai journaliste, il va à la source.

« Bonjour. Bonne après-midi. Bonsoir » C’est ainsi que Tedros commence toutes ses transmissions pour le compte de l’Organisation mondiale des canulars.

Écoutez le Dr Michael J. Ryan, Directeur exécutif du Programme des urgences sanitaires de l’OMS.

Voici la transcription du clip que j’ai fourni...

« C’est le moment de faire preuve de leadership à l’échelle mondiale. C’est un moment où les ministres de la Santé, au nom de leurs États souverains, portent toujours la responsabilité souveraine de leur santé et de la protection des populations. Mais ce que nous reconnaissons avec les maladies infectieuses, c’est qu’elles ne connaissent pas de frontières. Tout le monde sait qu’il n’y a aucun moyen d’affecter, d’arrêter, d’atténuer ou de réduire l’impact d’une maladie infectieuse sans travailler ensemble.

[Éditeur: quel menteur! Il a travaillé à supprimer l'hydroxychloroquine et l'ivermectine pour créer son marché mondial de la vaccinisterie honteuse.]

C’est une promesse... un accord générationnel. C’est une promesse faite à la prochaine génération. C’est une lettre à nos enfants pour dire que nous, les pays du monde, nous, les dirigeants du monde, nous nous sommes rassemblés et que nous nous engageons solennellement dans un processus que nous essaierons de faire mieux la prochaine fois. Nous savons tous que dans la prochaine urgence, la prochaine crise, rien n’est jamais parfait. Mais ce que nous reconnaissons, c’est que nous sommes bien meilleurs lorsque nous fonctionnons avec un ensemble de lignes directrices, un ensemble de règles qui nous permettent de nous engager et de nous comporter de manière prévisible en cas de crise. Parce qu’il n’y a rien de pire qu’une crise que d’ajouter plus de chaos, que la réponse devienne aussi chaotique que la crise à laquelle vous êtes confronté. Et c’est le pire des scénarios. Nous ne savons pas à quoi nous allons être confrontés. Nous ne savons pas à quel point ce sera grave. Nous espérons que cela n’arrivera jamais. Mais en faisant et en nous préparant, nous construirons des systèmes plus solides et nous traiterons d’autres maladies d’une meilleure façon. Nous rendrons nos systèmes de santé plus résilients. Nous formerons mieux nos agents de santé. Nous créerons plus de confiance et nous créerons plus de sécurité pour nos populations. Il ne s’agit donc pas seulement de l’avantage que nous connaîtrons lors de la prochaine pandémie, mais aussi de tout ce que nous ferons d’ici là. Et les gens peuvent dormir tranquilles, les gens peuvent vivre leur vie sans se demander, est-ce que la même chose ou pire se reproduira ? C’est la responsabilité et je pense que c’est un moment très important qui a été discuté avec les États membres, neuf semaines et quelques jours, n’est-ce pas ? Neuf semaines, quatre jours. C’est encore possible.

Mais il est vraiment important que les gens le reconnaissent, que les gens veulent que cela se produise. Parce que j’ai l’impression dans l’hémicycle que les États membres veulent que cela se produise. Mais l’art du compromis, l’art de convaincre tout le monde dans la pièce qu’ils ont la plus grosse part du gâteau lorsque vous essayez de la diviser aussi équitablement que possible. Je pense donc que c’est à un moment vraiment crucial.

Nous avons une grande confiance dans nos États membres dans le fait qu’ils le feront. Il s’agit d’un processus dirigé par les États membres, dirigé par un bureau, décidé par ces États membres, présidé par des coprésidents et sélectionné par ces États membres. Il s’agit d’un processus entièrement du ressort des États membres. Mais le Secrétariat et le Dr Tedros font tout ce qui est en leur pouvoir pour soutenir et essayer de trouver des moyens de faire de ce processus un succès. Parce que le résultat est important ici. Le résultat compte vraiment.

Il ne s’agit pas d’un vieux document poussiéreux qui restera sur une étagère quelque part. Ce traité sauvera des vies. Ce traité permettra d’obtenir plus rapidement de meilleurs vaccins.

[Éditeur: c'est faux, ça tuera des innocents qui seront ciblés par une répression sanitaire inédite.]

Cela permettra de créer de meilleurs systèmes de surveillance pour détecter plus rapidement. Cela permettra de constituer une meilleure main-d’œuvre en santé pour intervenir le moment venu. Cela sauvera des vies. Peut-être pas votre vie, mais peut-être la vie de la personne assise à côté de vous. Donc, de mon point de vue, les gens peuvent penser que ce n’est qu’un morceau de papier. Lorsque vous travaillez dans ce domaine pendant assez longtemps, transformer des morceaux de papier en choses significatives qui comptent dans la vie des gens est l’art du gouvernement.

Et c’est l’article appuyé par 194 gouvernements qui nous donnent ce bout de papier afin que nous, collectivement, en tant qu’institutions et praticiens de la santé publique du monde entier, puissions donner vie à cette aspiration.

[Éditeur: les vidanges de l'OMS comptent sur les pantins mondialistes qui (supposément) "représentent" les pays pour leur donner les clés du nouvel ordre mondial sanitaire. C'est scandaleux.]

Il est donc très important que nous sortions la discussion de la pièce poussiéreuse et que nous la fassions entrer dans le monde réel qui compte, dans la vie des gens et dans les choses qui peuvent changer leur vie, les protéger et les rendre plus riches.


Source: Activist Post / Maryam Henein et son article contenant la vidéo


Pour vous remémorer les effets réels des vaccins-COVID...

Ainsi qu'un exposé-vidéo de la Dre Meryl Nass à propos de ce que l'OMS fait, contre nous, avec son Traité sur les pandémies.



-- -- --
Fichiers joints
les-empoisonneurs-de-l-oms.jpg
les-empoisonneurs-de-l-oms.jpg (109.62 Kio) Vu 17 fois
stopper-l-oms.jpg
stopper-l-oms.jpg (123.86 Kio) Vu 18 fois
Claude Gélinas . Administrateur . Éditeur
libertes.ca | chaudiere.ca .:. Dons: PayPal | DonorBox
Répondre