L'illusion du choix, entre Libéraux et Conservateurs

Visibles par le grand-public qui n'est pas encore inscrit. Les messages sont effacés automatiquement après 120 jours. Un peu l'équivalent d'un immense chat de groupe, visible par tous, incluant les visiteurs.
Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Site Admin
Messages : 3590
Enregistré le : 18 janv. 2021, 11:01
Localisation : Lévis, QC

Louis Préfontaine a publié ceci...


L'ILLUSION DU CHANGEMENT

C'est l'histoire d'un premier ministre canadien qui, après neuf ans au « pouvoir », a quitté son poste dans la disgrâce et entraîné son parti dans une des pires défaites électorales de son histoire. Après s'être enrichi, avoir saboté la souveraineté du pays, et appauvri la population, il a finalement été remplacé.

Justin Trudeau?

Non.

Brian Mulroney.

Les gens ont la mémoire très courte et, attachés qu'ils sont aux individus, oublient l'agenda global derrière les politiciens et de quelle manière ceux-ci ne constituent que des outils au service de forces qui se servent d'eux et s'en débarrassent dès que le travail souhaité a été effectué.

Brian Mulroney avait comme mission d'affaiblir la souveraineté canadienne, et de préparer les instances supranationales qui sont appelées à remplacer définitivement l'État-nation et la démocratie. Il a mis en place l'ALÉNA (Accord de libre-échange nord-américain), détruisant de nombreux secteurs de l'économie et affaiblissant ce qui était alors une vibrante classe moyenne. Il a également contribué à centraliser le pouvoir central de l'État en instaurant une nouvelle taxe, la TPS (taxe sur les produits et services). Et, bien sûr, il a été généreusement récompensé; sa fortune a fortement augmenté pendant son passage au pouvoir.

Justin Trudeau avait comme mission d'injecter la population, d'affaiblir (encore) la souveraineté canadienne, et de préparer le contrôle direct des politiques du pays par des instances supranationales, notamment par l'OMS (Organisation mondiale de la santé). Il a préparé la participation du pays au pacte de l'OMS, donnant le contrôle absolu à cet organisme occulte.

Il a également contribué à déstabiliser son pays en alimentant une vague déferlante d'inflation (notamment via sa taxe carbone) et en encourageant une immigration tellement hors de proportion avec la capacité d'accueil que beaucoup de gens se retrouvent, aujourd'hui, dans la rue. Sa fortune personnelle est passée d'un peu plus d'un million de dollars en 1995, à un peu moins de 100 millions aujourd'hui.

Même si la comparaison n'est pas parfaite, j'espère faire état, ici, d'un important parallèle : ces deux politiciens se sont mis au service d'entités n'ayant pas le bien-être de la population à coeur. Ils ont contribué à l'avancement du grand plan globaliste. Et, face à une population excédée, ils ont quitté, pour être remplacés.
Et c'est là que c'est intéressant.

Au-delà des discours, celui qui a remplacé Mulroney a-t-il renversé ses mesures impopulaires? Jean Chrétien, lorsqu'il a été élu, a-t-il mis fin à l'ALÉNA? A-t-il annulé la TPS? Non. Le travail demandé avait été effectué; le nouveau politicien pouvait continuer à mettre en place les politiques globalistes, mais sous un parti d'une couleur différente, et selon un axe différent. Le changement avait été cosmétique, et sur des enjeux secondaires.

TRUDEAU = POILIEVRE = MULRONEY = CHRÉTIEN

Tout ce long préambule pour dire que la montée de Poilievre et des Conservateurs ne constitue qu'une répétition de ce qui s'est passé dans les années 1990.

Poilievre, au-delà des discours creux, n'a aucune intention de renverser les décisions importantes prises par le gouvernement Trudeau. Il ne s'oppose pas aux injections, il ne veut pas retirer le Canada de l'Accord de Paris, il voulait qu'on envoie davantage d'armes à l'Ukraine et il a déjà, de mémoire exigé le passeport vaccinal pour un de ses événements.

Il a également insulté Christine Anderson, une député européenne très engagée pour la liberté et opposée au plan globaliste, quand celle-ci était en visite au Canada. Pour tout ce qui compte vraiment, pour tout ce qui concerne l'Agenda 2030 et la fin programmée de la démocratie, ce politicien de carrière suit le plan.

On me répondra : « Oh, mais il a dénoncé le Forum économique mondial! ». Oui, et alors? Le FEM ne constitue qu'une branche très secondaire du pouvoir auquel nous faisons face. Poilievre fait semblant de soigner sa base, mais que vaut une soi-disant dénonciation d'un organisme quand Poilievre se positionne en faveur d'à peu près tout ce que cet organisme propose?

De même, on dira : « Poilievre est opposé aux drag-queens dans les écoles et aux chirurgies transgenres chez les mineurs! ». Oui, et alors? Il s'agit là d'un enjeu secondaire, d'une incroyable diversion permettant de faire croire à la population que le système fonctionne encore quand il est définitivement brisé et que tous les politiciens (à l'exception possiblement de Maxime Bernier et de son PPC) suivent le même plan. Ne croyez-vous pas que les élites s'en branlent des drag-queens et des transgenres pendant qu'ils finalisent la prise de contrôle totale et absolue de l'humanité?

Un des thèmes majeurs de la dernière conférence du FEM, à Davos, était celui de rétablir la confiance. Nous en sommes présentement à ce point. Les forces qui s'opposent à nous ont dû tirer sur le voile camouflant la nature de notre réalité un peu trop fort pour atteindre l'objectif d'injecter massivement la population, en 2021 et 2022. En conséquence, beaucoup de gens ont perdu confiance dans le système, et comprennent que tout ce qu'on nous dit est faux. Il est donc essentiel, pour les globalistes, de rétablir la confiance, en prévision de la prochaine étape décisive. L'élection probable de Poilievre suit exactement cette dynamique, c'est-à-dire qu'elle donne l'impression que le système fonctionne et que les politiciens qui sont corrompus ont des comptes à rendre...

Au final, c'est un immense piège à cons. Je vois beaucoup de gens pleurer sur l'effet « dôme » du Québec, alors que nous sommes assez imbéciles pour encore appuyer Trudeau (ou pire : appuyer le Bloc Québécois, qui fait la promotion des mêmes politiques, mais cochonnées de bleu et « en français siouplaît! »), mais ces gens réalisent-ils que tous ceux qui appuient Poilievre, en Ontario et dans l'ouest du pays, commettent la même erreur? Ils croient voter pour le changement, mais Poilievre, qui n'ose même pas dénoncer l'immigration massive et les effets qu'elle a sur la crise du logement, ne renversera aucune des décisions importantes de Trudeau.

Pas davantage que Chrétien a renversé quoi que ce soit de significatif mis en place par Mulroney.

LA SEULE SOLUTION

Il y a une seule solution à ce problème, et c'est de cesser de s'identifier aux individus. Il faut détruire en nous cette idée que Trudeau, Poilievre, Mulroney, Chrétien, sont des décideurs. Ce sont des exécutants. Ils font ce qu'on leur dit de faire. En échange, ils vivent le jet-set pendant une décennie et s'enrichissent sur le dos des citoyens. Et dès qu'on n'a plus besoin d'eux, on les remplace par un autre exécutant offrant un changement cosmétique, mais sans rien changer quant au fond des choses.

Nous faisons face à des entités qui nous manipulent de manière éhontée et qui connaissent nos faiblesses. Ils savent qu'à un certain niveau nous ne sommes plus capables de voir un premier ministre se dandiner avec des drag-queens à moitié nus, et que nous souhaitons mieux. Et c'est ainsi qu'ils nous offrent ce « mieux » en apparence, mais au final, rien, absolument rien, ne changera quant à ce qui compte vraiment.

Notre démocratie est moribonde. J'hésite même encore à utiliser ce mot. Malgré tout, pour ma part, je compte encourager un parti qui parle des vrais enjeux et qui s'oppose réellement au coup d'État mondialiste actuellement à l'oeuvre.

Et vous?



-- -- --
Fichiers joints
l-illusion-du-choix.jpg
l-illusion-du-choix.jpg (45.78 Kio) Vu 101 fois
Claude Gélinas . Administrateur . Éditeur
libertes.ca | chaudiere.ca .:. Dons: PayPal | DonorBox
Répondre