Maxime Bernier: la question des étudiants internationaux

Visibles par le grand-public qui n'est pas encore inscrit. Les messages sont effacés automatiquement après 120 jours. Un peu l'équivalent d'un immense chat de groupe, visible par tous, incluant les visiteurs.
Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Site Admin
Messages : 3592
Enregistré le : 18 janv. 2021, 11:01
Localisation : Lévis, QC

Nous devons discuter de la question des étudiants internationaux.

Il s'agit d'un programme qui a été massivement élargi sous le gouvernement de Trudeau.

Depuis l'entrée en fonction de Trudeau en 2015, le nombre d'étudiants internationaux est passé de 352 330 à un ÉNORME 807 750 en 2022.

Nous ne connaissons toujours pas les chiffres officiels pour 2023, mais ça dépasserait un million.

Presque la moitié de ces étudiants viennent de seulement deux pays : l'Inde et la Chine, avec plus de 300 000 venant uniquement de l'Inde!

Gardez à l'esprit que ces chiffres NE sont PAS pris en compte dans le quota d'immigration de 500 000 de Trudeau.


Ceux-ci s'ajoutent aux immigrants réguliers et aux travailleurs étrangers temporaires, ce qui explique pourquoi le véritable nombre annuel d'immigrants au Canada se situe plutôt entre 1 et 1,2 MILLION. 


Ce programme est censé donner aux étrangers accès à notre système d’éducation supérieure, et peut-être permettre à une petite partie d'entre eux de devenir des résidents permanents parce qu'ils sont tombés en amour avec le Canada.

Mais de plus en plus, c'est simplement une autre voie pour que les migrants économiques contournent le système.

Beaucoup de ces soi-disant étudiants n'ont aucun intérêt pour ce qu'ils étudient. Ils veulent seulement un visa pour entrer au pays afin de trouver un emploi et d'obtenir la résidence permanente.

Permettez-moi de vous donner quelques exemples.

Tout d'abord, je veux vous parler du A1 Global College à Mississauga. 

A1 Global College est dirigé par Vishal Manocha, qui se trouve également être un avocat en immigration – quelle coïncidence! 

A1 Global College se présente comme une véritable institution post-secondaire avec un campus animé, des centaines d'étudiants et de beaux bâtiments.

Mais en réalité, il est situé dans un centre commercial de Mississauga et n'a que quelques salles.

C'est une façade pour contourner nos quotas d'immigration et attirer plus de migrants économiques au Canada qui se font passer pour des étudiants internationaux!

Beaucoup d'étudiants ne terminent même pas leurs programmes dans ce faux collège. Ils arrivent au Canada, trouvent un emploi et abandonnent leurs études.

Et ils ont le président de leur « collège », qui se trouve également être leur avocat en immigration, pour les guider dans le processus! 

Le deuxième exemple que je veux souligner est le Collège Conestoga à Kitchener-Waterloo.

Il n'y a pas si longtemps, Conestoga était un petit collège respecté.

Mais au cours des 3 dernières années seulement, ils ont connu une croissance rapide, augmentant leur effectif total de 20 000 en 2020 à plus de 42 000 en 2023.

Cette croissance rapide est entièrement due aux étudiants internationaux.

La population étudiante de Conestoga est composée à plus de 70 % d'étudiants internationaux!

Beaucoup de ces étudiants suivent des programmes d'un an pour des choses futiles comme la coiffure qu'ils ne terminent même pas!

Ils trouvent un emploi dans la sécurité ou dans un restaurant rapide et abandonnent leurs études car leur emploi les met sur la voie de la résidence permanente.

« Pourquoi Conestoga fait-il cela? », vous pourriez vous demander.

Tout se résume au profit. 

Ils considèrent les étudiants internationaux comme des vaches à lait et les exploitent au maximum.

La véritable tragédie est l'impact de cette décision axée sur le profit sur la région environnante. 

Cette énorme affluence d'étrangers a complètement transformé ce qui était autrefois une charmante ville universitaire — elle est presque méconnaissable.

Cela a fait augmenter le coût des loyers et du logement. Les jeunes Canadiens nés et élevés à Kitchener-Waterloo sont exclus du marché et forcés de déménager.

Les banques alimentaires et d'autres services sociaux sont poussés à leurs limites.

Il est temps que le gouvernement intervienne et défende les intérêts des Canadiens! 

Au début de 2024, après de nombreuses pressions publiques, le gouvernement Trudeau a finalement introduit de nouvelles réglementations pour limiter le nombre d’étudiants internationaux — mais elles ne vont pas assez loin.

Pendant ce temps, Pierre Poilievre critique Trudeau pour s’attaquer à ce problème! Pour lui, c'est simplement une autre opportunité de faire du racolage auprès des communautés immigrantes

Le seul parti prêt à aborder la crise de l'immigration est le Parti populaire du Canada.

Nous devons radicalement réduire le nombre d'étrangers entrant dans notre pays chaque année, nous concentrer sur l'intégration culturelle plutôt que sur le multiculturalisme, et PRIORISER LES CANADIENS.



Source: Courriel de Maxime Bernier du PPC (aucun lien)



-- -- --
Claude Gélinas . Administrateur . Éditeur
libertes.ca | chaudiere.ca .:. Dons: PayPal | DonorBox
Répondre