Vivre au salaire minimum, c'est possible?

Nous avons hâte de vous accueillir, en tant que membre.
Répondre
Avatar du membre
cgelinas
Site Admin
Messages : 3725
Enregistré le : 18 janv. 2021, 11:01
Localisation : Lévis, QC

Est-il (encore) possible de vivre "au salaire minimum", au Québec?

Il faut savoir que depuis le 1er mai 2023, la CNESST explique que le taux du salaire minimum est actuellement de 15,25$ l’heure.

https://www.cnesst.gouv.qc.ca/fr/condit ... re-minimum

Pour une semaine typique de 35 heures, ça donne une paie brute de 533,75$ par semaine ou 1067,50$, aux 2 semaines. Donc, 2135$, par mois. Ou 25620$ par an.

Pour connaître les déductions sur le salaire, j'ai utilisé l'outil de "Calculateur en direct de retenues sur la paie" du gouvernement du Canada (qui est offert en version "beta").

https://apps.cra-arc.gc.ca/ebci/rhpd/beta/entry

Pour les fins de l'exemple, j'ai mis 4% de vacances payées à l'employé (soit l'équivalent de 42,70$, aux 2 semaines) et je n'ai offert aucun "avantage", "cotisation", "pourboire" ou "déduction" pour simplifier le calcul.

https://www.cnesst.gouv.qc.ca/fr/condit ... -annuelles

Une fois les "retenues" prises en compte, toujours selon l'outil de l'Agence du revenu du Canada, il reste 986,96$, aux 2 semaines.

Donc, 1973,92$ par mois, soit 23687,04$, par année.

Mais attention, le calcul du salaire est intentionnellement COMPLEXE et peut varier, selon de TRÈS NOMBREUX critères et donc, ces chiffres ne sont absolument pas réplicables à toutes les situations.

C'est uniquement pour donner une idée, pour un individu fictif qui viendrait de commencer à travailler, au 1er janvier 2024, au salaire minimum, soit à 15,25$ l'heure.

Et on s'entend que dès que l'employeur se mettra à "déduire" pour diverses raisons (vêtements, traitements différenciés, ententes ou autres), ce salaire pourrait diminuer d'autant.

Donc, ce qu'il restera dans les poches du salarié "au minimum" pourrait être... moindre.

Pour fins d'appréciation de la "capacité à vivre" avec un salaire "minimum", on peut considérer qu'au moins 30% du budget "après retenues" (soit le salaire net de 1973,92$ par mois), soit 592,18$ ira au LOGEMENT.

Mais voilà, est-il encore possible d'avoir un 3 1/2 convenable, à moins de 600$ par mois, au Québec? Surtout dans les "grandes villes"?

Les prix que j'ai pu voir, dans les annonces classées, semblent bien plus élevés. Souvent plus de 1000$. Mais pour les besoins de l'exemple, disons que ça reste à 30% du salaire net mensuel reçu par le salarié "minimum".

Il ne reste donc, après le loyer que 1,381,74$ pour toutes les autres dépenses, incluant l'épicerie, les vêtements, les transports (et s'il y a une automobile ou des taxis, ça monte très vite) et tous les autres postes de dépense, notamment le divertissement pour qu'il reste un peu de bonheur, dans la vie de ce salarié.

Notons qu'idéalement, ce salarié devrait trouver le moyen d'épargner pour sa retraite mais aussi, pour des imprévus de la vie, comme un accident qui l'empêcherait d'aller travailler.

Ce calcul n'est qu'un exemple THÉORIQUE et intrinsèquement variable, au niveau des calculs parce qu'il y a un nombre très important de variables.

Ces variables fluctuent d'ailleurs en amplitude et dans le temps, ce qui complexifie encore davantage le calcul.

De ce fait, il faut observer la réalité d'une vie au salaire "minimum" pour savoir si c'est réaliste, pour vraiment "vivre" ou juste "survivre".

Ou alors, si ce n'est absolument pas suffisant et qu'il imaginer divers schèmes pour suppléer au manque, induit par ce très bas salaire, d'ailleurs désigné comme... minimum.

C'est une question très importante à se poser parce que le Québec se retrouve dans une tempête parfaite d'immigration-massive-record, d'inflation, de logements inabordables, de monter de l'automatisation, de l'intelligence artificielle (AI), de la robotisation et de la sous-traitance à l'étranger.

On voit déjà le marché de l'emploi, surtout chez les plus petits employeurs, montrer des signes d'épuisement.

Où les gens vont-ils travailler et surtout, s'ils ont un travail, est-ce que le "salaire minimum" leur assurera de pouvoir en vivre?

Les classes politiques évitent le sujet mais les gens, eux, doivent en parler pour faire le point à propos de ce taux de rémunération et s'il demeure suffisant... ou pas.



Sujet évoqué dans VK, Twitter et Facebook

Vivre au salaire minimum, c'est (encore) possible?

J'ai exploré cette thématique dans Libertes.ca si vous aimeriez consulter quelques chiffres:

viewtopic.php?t=3650


-- -- --
Fichiers joints
au-salaire-minimum.jpg
au-salaire-minimum.jpg (44.31 Kio) Vu 267 fois
estimation-de-l-arc.jpg
estimation-de-l-arc.jpg (55.54 Kio) Vu 269 fois
Claude Gélinas . Administrateur . Éditeur
libertes.ca | chaudiere.ca .:. Dons: PayPal | DonorBox
Répondre